Accueil > Droit du Travail > La rupture conventionnelle > La rupture conventionnelle est nulle en cas d'irrespect du délai de rétractation

La rupture conventionnelle est nulle en cas d'irrespect du délai de rétractation

Un salarié et son employeur ont conclu une convention de rupture conventionnelle avec mention d'une date de fin du délai de rétractation le 30 décembre 2011 et une date envisagée de la rupture du contrat de travail au 18 janvier 2012.

L'employeur n'a pas attendu la fin du délai de rétractation pour adresser la convention du rupture conventionnelle à l'administration du travail aux fins d'homologation.

La Cour de cassation a considéré qu'il résulte de l'application combinée des articles L. 1237-13 et L. 1237-14 du Code du travail qu'une partie à une convention de rupture ne peut valablement demander l'homologation de cette convention à l'autorité administrative avant l'expiration du délai de rétractation de quinze jours prévu par le premier de ces textes.

Dès lors, la demande d'homologation de la rupture conventionnelle adressée à la DIRECCTE avant l'expiration du délai de rétractation est frappée de nullité.

Cass. soc., 6 déc. 2017, n°16-16.851

Avocat à la Cour d'appel

de Paris, depuis 2014.
J’accompagne tant des employeurs
que des salariés en droit du travail.

Vous assister devant

le conseil de prud'hommes,
le Pôle social du tribunal judiciaire 
ou le tribunal correctionnel.

Un avocat basé à Paris

Pouvant plaider devant les conseils de
prud'hommes de Paris et de province.

Vous souhaitez prendre rendez-vous ?

Nous écrire
Avocat droit du travail - droit pénal
262, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS
Fax. +33 (0)1 84 25 66 95
L'accueil téléphonique du cabinet est assuré sans interruption du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00 et le samedi de 8h00 à 12h00.